actualité
quatrième de couverture
mes livres
mes chansons
entre eux
table de chevet
dans les bacs
entre nous
liens
entre vous et moi

Un mot pour un autre

PRESSE ÉCRITE

Un mot pour un autre

par Monique Verdussen, dans La Libre Belgique,
14 décembre 2009.

Si vous vous entortillez la langue entre prodigue et prodige, entre dédier et dédicacer, entre blanchiment, blanchissement et blanchissage, entre mythifier et mystifier le petit livre de Rémi Bertrand est fait pour vous. Avec l’enthousiasme et l’attention de qui porte en lui l’amour du français, avec la précision de qui fréquente assidûment le dictionnaire depuis l’enfance, celui-ci fait la différence et démarque les mots les uns des autres, évitant les pièges et les confusions entre les uns et les autres. Soulignant l’orthographe, il les soupèse, en joue et en distingue le sens d’après leur histoire, leur étymologie et leurs particularités propres. Illustré parcimonieusement mais avec un sourire par l’auteur, ce petit livre s’inscrit dans la collection «Le goût des mots» dirigée par Philippe Delerm

Un mot pour un autre

par Pierre Maury, dans Le Soir, 13 novembre 2009.

On n’est pas confronté tous les jours au mot «paronyme». Mais les paronymes nous pourrissent pourtant la vie en provoquant l’hésitation. Ils se ressemblent sans être ni homonymes ni synonymes. Les aïeuls et les aïeux, ce n’est pas la même chose. Ni rabattre et rebattre. Ni collision et collusion. Et bien d’autres, que Rémi Bertrand pousse dans leurs derniers retranchements. Il raconte des histoires, lève la confusion et nous rend d’immenses services.

Un mot pour un autre

dans Le Rail, novembre 2009.

Les paronymes sont ces mots qui partagent entre eux un véritable air de famille. Leurs formes sont relativement proches, du coup le locuteur ne sait plus très bien laquelle choisir. Ainsi «agonir» et «agoniser», «aïeuls» et «aïeux», «effleurer» et «affleurer»... Les paronymes peuvent être cousins ou voisins, c'est-à-dire avoir ou non un ancêtre commun. Comme le dit Rémi Bertrand, ils «n'ont pas leur égal pour semer le trouble et susciter la méprise». Pour déjouer leurs pièges, Rémi Bertrand propose d'aller à leur rencontre. Dans ce petit guide, il en a sélectionné une bonne vingtaine qu'il décortique avec soin pour ne plus nous emmêler les pinceaux. En connaissant leur histoire ou leur filiation, on apprend forcément à les distinguer. Comme l'auteur s'acquitte de cette tâche avec humour et bonhomie, la leçon s'avère une vraie partie de plaisir. On en redemande!

Vocabulaire

par Nadine Pineur, dans GAEL, novembre 2009.

Ludique et légère, la collection Le goût des mots, éditée par Points et dirigée par Philippe Delerm, célèbre la langue française avec un enthousiasme contagieux. Elle cible un large public et l'invite à s'amuser avec les mots. Après Un bouquin n'est pas un livre : les nuances des synonymes, Rémi Bertrand nous propose Un mot pour un autre qui recense une série de faux jumeaux de la langue française, ces mots qui se ressemblent mais n'ont pas du tout la même signification. Voilà qui vous évitera par exemple de confondre prodigue et prodige ou conjecture et conjoncture.

Un mot pour un autre

par Marie-Odile Sac, dans La Savate, octobre 2009.

«C'est une langue bien difficile que le français. A peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu’on commence à s’en apercevoir», avait dit un jour, mi-ingénue, mi-réaliste, l’écrivaine Colette.
Rémi Bertrand, lui, n’a pas attendu de faire déborder son gâteau de 45 bougies pour s’en rendre compte... Ce romaniste, né en 1982, un temps néo-louvaniste, à présent montois, à ses heures poète, écrivain, linguiste ou essayiste, publie en effet, en cette rentrée 2009, un bouquin ou plutôt... un petit livre sur la langue française intitulé Un mot pour un autre, dans la collection «le goût des mots» qu’orchestre Philippe Delerm aux éditions du Seuil. Ce livre, il le dédie (ou le dédicace ?) aux paronymes, à ces petits mots qui ont la fâcheuse manie de se ressembler tout en ne se confondant pourtant pas, confondant alors par là leurs usagers.
Rémi Bertrand publie ce livre à l’attention de ceux dont l’esprit entre en collusion avec une harde notable de mots qui s’affleurent, se mêlent, dans toutes leurs acceptations les plus fugitives. Il le dédicace à tous ceux qui en ont marre de perpétuer mille périples langagiers, à ceux qui en ont assez de se faire sans cesse rabattre les oreilles et rebattre le caquet sous prétexte de ne pas être des enfants prodigues de leur lingua franca. Il le dédie à tous ceux-là désireux de signer définitivement une amnistie emprunte de bonnes attentions envers ces mots qui, comme le devise le grand maître ès lettres Alain Rey (vous voyez le Robert ? Et bien, c’est lui), nous maîtrisent bien plus que nous ne les maîtrisons.
Oh, le ton n’est pas celui d’un linguiste muni d’un bâton de bois pour châtier les mécréants ! Non, Rémi Bertrand, même s’il est un homme et que, par là, il ne maîtrisera jamais le langage parfaitement..., a un don pour humour, finesse et sagesse. Son petit livre plein de malice, débordant d’érudition, voguant de l’Antiquité latine et de ses étymons vers Obama («l’enfant prodige de Chicago») et Wikipédia se dévore par intermittence, donnant à découvrir à chaque chapitre une de ces paires paronymiques diaboliques.
A recommander à tous ceux qui ont sourcillé quelquefois dans les lignes qui précèdent et qui se demandent encore s’il ne fallait pas, en quelque endroit, remplacer «un mot» par «un autre», se doutant que j’ai pris «un mot pour un autre»...

Un mot pour un autre

par France Bastia, dans Nos Lettres, octobre 2009.

Dans ce nouveau livre, Rémi Bertrand, auteur déjà de Un bouquin n'est pas un livre : les nuances des synonymes, également paru aux éditions Points/Seuil en 2006, et qui, assurément, a le goût des mots, nous invite cette fois à l'étude de paronymes, ces mots qui n'ont pas leur égal pour semer le trouble et susciter la méprise, comme il le dit dans son allègre petite préface.
Naviguons donc, comme il nous y invite, en évitant soigneusement les écueils que sont des paronymes comme affection et affectation, dénoter, détoner, détonner, harde et horde, mystifier et mythifier, notable et notoire, etc. Le tout présenté du même ton vivant que la préface, agrémenté parfois d'un petit dessin amusant (pour le cas où l'on aurait tout de même pas compris!)
Ne croyez pas qu'on ne tombe pas chacun dans l'un ou l'autre de ces pièges : n'ai-je pas lu aujourd'hui même un écrivain de qualité ayant confondu dans l'un de ses textes flairer et fleurer ? Qui ne se trouve évidemment pas parmi la vingtaine de paronymes disséqués ici par Rémi Bertrand. Ce sera pour une prochaine fois !

Rayon poche

par Christine Ferniot, dans Télérama, n°3117, du 10 au 16 octobre 2009.

Le Grand Bêtisier des mots de Claude Gagnière.
Un mot pour un autre de Rémi Bertrand.
L'un traque les perles du langage, l'autre cherche les faux jumeaux. Voici deux ouvrages sur les nuances de la langue française, ses chausse-trapes, barbarismes et charmantes confusions. Entre acception et acceptation, entre agonir et agoniser, il faut choisir son camp...

Bons mots

dans Metro, 30 septembre 2009.

Dans ce petit livre, Rémi Bertrand débusque toute une série de paronymes. Parmi ceux-ci: affection et affectation; blanchiment, blanchissement et blanchissage; collision et collusion; effleurer et affleurer; original et originel; perpétrer et perpétuer... Des «faux jumeaux» qui provoquent chez l'auteur une avalanche de bons mots, accompagnés de petits dessins humoristiques. De quoi nous éviter dans le futur des phrases du genre de «Chacun y va de sa conjoncture plus ou moins originelle sur la nature du danger invoqué et qu'il va falloir circoncire»...

Le mot juste

dans Le Figaro littéraire, 24 septembre 2009.

Doit-on dire «fils prodige» ou «fils prodigue» ? «aïeuls» ou «aïeux», «notable» ou «notoire» ? Quand doit-on employer «intention» au lieu d'«attention» ? Comment ne pas confondre «agonir» et «agoniser» ? Ce petit manuel pratique, aussi érudit que ludique, permettra d'éviter les grands et souvent inévitables pièges de la langue française, ses redoutables paronymes, et de ne plus passer pour ridicule auprès de ses amis ou de ses collègues et confrères.

Ne plus confondre
grâce à Rémi Bertrand

par Marie-Françoise Gihousse, dans Vers l'Avenir,
22 septembre 2009.

Quelle différence entre original et originel ? Et entre rebattre et rabattre ? Pour ne plus les confondre, le Wallon Rémi Bertrand donne ses bons conseils.
Savez-vous ce qu'est un paronyme ? C'est en gros le contraire d'un synonyme ! Un mot qui a un faux jumeau qui lui ressemble presque comme une goutte d'eau mais qui... ne signifie absolument pas la même chose ! Autant dire que ce sont des fréquentations dangereuses quand on les connaît mal. Mais grâce à un Wallon, Rémi Bertrand, on peut désormais compter sur l'aide précieuse d'Un mot pour un autre, un livre qui sort ce jeudi aux éditions françaises Points. «C'est le second livre que je fais pour la collection Le goût des mots que Philippe Delerm dirige chez Points, nous explique Rémi Bertrand. En 2006 j'avais déjà sorti Un bouquin n'est pas un livre qui s'intéressait aux synonymes.» Les Belges restent-ils les forts en thème de la grammaire française ? «Je suis romaniste mais pas du tout linguiste, c'est donc un peu un hasard. J'ai rencontré Philippe Delerm en faisant mon mémoire de licence sur lui. Nous sommes devenus un peu amis. Et puis j'aime la langue française.» La très chouette collection lancée voici trois ans s'est spécialisée, toujours en format poche, dans la réédition d'ouvrages traitant, souvent d'une façon décalée ou humoristique, de la langue française. Mais un tiers des sorties sont des inédits. Dont fait partie Un mot pour un autre. C'est en écrivant son ouvrage sur les synonymes que Rémi Bertrand a pris goût aux paronymes. «Le premier sujet, c'est la maison d'édition qui me l'avait proposé. Ici, c'est moi qui ai fait la démarche.» C'est avec beaucoup d'humour que Rémi Bertrand nous entraîne dans la vie de ces mots qui ont parfois une origine unique mais qui, au fil du temps, prennent plus que leurs distances. Ainsi, rien de commun entre une collision et une collusion ou entre original et originel, une harde et une horde... «Mes recherches me mènent dans les dictionnaires, les encyclopédies, même sur internet pour l'usage des mots par exemple. Mais j'y ajoute une touche personnelle et plus subjective.» Éviter les pièges des paronymes tout en s'amusant, voilà une bonne intention qui mérite un peu... d'attention !

TÉLÉVISION

Happy Culture (Télé MB)

reportage diffusé le 4 novembre 2009.

RADIO

VivaCité (RTBF)

La Librairie francophone
(France Inter)

interview réalisée par Emmanuel Khérad, dont j'étais l'un des invités du samedi 12 décembre 2009, diffusée également en Belgique (La Première/RTBF), en Suisse (Radio Suisse Romande) et au Canada (Radio Canada).


L'avis des libraires de l'émission

« Un livre drôle, érudit sans être savant »
(Matthieu Colombe, Librairie Goulard, Aix-en-Provence)
Site : www.librairiegoulard.com

« Un chouette petit livre très utile, ça se lit l'air de rien, ça remet les mots à leur place, tout en brouillant les pistes, par goût du jeu sans doute, car on a plus affaire ici à une réflexion sur les origines de ces paronymes qu'à un guide pour briller en société comme on en voit tant en ce moment »
(Josiane Perret, Les Yeux Fertiles, Lausanne)
Site : www.lesyeuxfertiles.ch

« On sent que Rémi Bertrand s'est amusé en l'écrivant, donc ça donne un livre très agréable à lire, une chouette dynamique, et puis pour reprendre certains des mots dont il explique le sens il est notoire que les livres de linguistique sont plutôt casse-pieds, mais il est notable que celui-ci échappe à la règle... et donc voilà, s'il est normal que ce livre ne me soit pas dédié, je suis un petit peu triste que mon exemplaire ne m'ait pas été dédicacé »
(Annick Dor, Belgique)

« J'ai trouvé ce petit livre très très original parce que c'est comme un recueil de nouvelles dont les personnages seraient des mots et c'est vraiment très agréable en plus d'apprendre en s'amusant même quand on est grand. Et puis, moi qui viens du pays de Mes Aïeux je peux le dire sans ambages, ce livre détonne dans la production littéraire et je vous promets que je vais rebattre les oreilles de mes clients avec cette suggestion de lecture »
(Manon Trépanier, Alire, Longueuil, Québec)
Site : www.librairie-alire.com

Ivre de livres (Radio Judaïca)

interview réalisée par Claire Bondy, dont j'étais l'invité du 15 octobre 2009.

Rayon poche (Télérama Radio)

coup de coeur de Christine Ferniot, 15 octobre 2009.

Snooze, itw grille-pain (Pure fm/RTBF)

interview réalisée par Sébastien Ministru,
en compagnie d'Eric Willem, le 13 octobre 2009.

Bonjour quand même! (La Première/RTBF)

interview réalisée par Jean-Pierre Hautier dont j'étais l'invité du 30 septembre 2009.

Beau Fixe (BEL RTL)

jeu radiophonique de culture générale, basé sur Un mot pour un autre et sur Un bouquin n'est pas un livre, en compagnie de Jean-Michel Zecca. Diffusé en direct le 22 septembre 2009, de 9h à 11h.

Journal culturel (Musiq3/RTBF)

interview réalisée par Nicole Debarre pour le journal culturel du 12 septembre 2009.